Notre
Blog

Radio Elvis

Cet article fait partie de la série "Tremplins et programmes d’accompagnement : la voie du succès ?" en 3 volets.

 

Le FAIR, les INOUIS du Printemps de Bourges, Le CHANTIER des FRANCOS, le concours RICARD SA LIVE MUSIC, Le MEGAPHONE TOUR…les tremplins nationaux (et les programmes d’accompagnements) pour aider les jeunes artistes à trouver leur public, et à se faire repérer par les professionnels sont très nombreux.
Et si nous posions la question à 5 artistes qui ont bénéficié de ces aides à leurs débuts ?
> Fishbach (2/3)
> Marvin Jouno (3/3)

 


 

En moins de 4 ans, Radio Elvis a su s’imposer dans le registre « chanson rock » avec élégance. Un style très prisé, qui a connu des hauts et des bas, marqué à jamais par Bashung ou Noir Désir….

 

Radio Elvis
© Nicolas Despis

Depuis 2013, Pierre Guénard, le leader charismatique de Radio Elvis a su séduire les professionnels des « musiques actuelles », lui permettant de trouver un public, et surtout de l’élargir en bénéficiant des plus belles fenêtres d’expositions proposées par la filière musicale.
« C’est le Pic d’Or de Tarbes qui a été le premier tremplin à nous sélectionner dans un concours. On était encore deux à l’époque et les titres n’étaient même pas complètement terminés. Tout s’est enchainé juste après, avec Les Inrocks Lab jusqu’à la finale, en 2014, le radio crochet d’Inter, on a été Lauréat Paris Jeune Talent » se souvient Pierre Guénard.

Pour en arriver là, Pierre décide à la création de Radio Elvis en 2013 d’enregistrer un EP, qu’il finance par un site participatif. Il l’envoie à des éditeurs, des médias, puis une attachée de presse entre dans l’histoire afin de se forger une opinion. 

Dans un premier temps, il se sent observé…mais personne ne bouge. « Pierre Cornet, directeur artistique chez Sony ATV, nous a finalement remarqué et a porté la bonne parole. Cela nous a beaucoup aidé… »

Rapidement, l’écriture et le style Radio Elvis charme et convainc les « pros » : CHANTIER des Francos, le FAIR, le Mégaphone Tour, Les Inouis du Printemps de Bourges, l’Académie Charles Cros, Le Prix Félix Leclerc…
« Du jour au lendemain, on a été sélectionné partout alors que je galérais depuis de nombreuses années. Parfois, on a été sélectionné à la 3ème tentative, comme quoi, il ne faut pas lâcher ! »

 

 

Ce cumul de récompenses et d’aides en tout genre permet à Radio Elvis de s’affirmer et de découvrir l’industrie musicale.
Olivier Boccon Gibod (ex Caravelle, devenu Horizon) est le premier à s’engager en tant que tourneur. « Le Chantier des Francos est arrivé pile au bon moment, en début de tournée. Entre deux sessions, cela nous a permis d’explorer la proposition scénique, on était coaché, je prenais des cours de chant. Il faut retenir certains conseils, pas tous, pour rester soi-même. Cela nous a vraiment donné confiance. Depuis, on est programmé régulièrement aux Francos. A La Rochelle, on se sent chez nous. »

 

Désormais devenu trio, Radio Elvis bénéficie du FAIR en 2015 : « Une véritable machine de guerre avec aide financière, exposition médiatique et scénique,  formations pour comprendre les droits de l’édition ou les contrats discographiques, coaching interview pour médias au Studio Des Variétés. On peut d’ailleurs toujours appeler le directeur en cas de question aujourd’hui… »
C’est encore le FAIR qui permet au groupe de rencontrer le directeur artistique qui les signera en label. Guillaume Depagne (Pias)  fait partie du comité artistique qui désigne les lauréats cette année-là. Il deviendra leur parrain, selon le principe mis en place.

 

« La signature en label est une étape, mais c’est grâce à la scène qu’on a vraiment beaucoup appris. Les Inouïs du Printemps de Bourges, le prix du jury 2015, c’est un label qualité qui permet d’être programmé régulièrement. Cela nous a aidé à appréhender les grosses scènes, et de réaliser que dans ce cas au début, mieux vaut transcender le mouvement plutôt que de gesticuler dans tous les sens… »

 

Radio Elvis va aussi expérimenter un autre tremplin….sur les routes de France.
« Le Mégaphone Tour, c’est une super expérience roots, des rencontres humaines avec d’autres artistes, avec lesquels on voyage en bus dans le cadre des mini tournées. C’est ce que j’en retiens car j’avais déjà beaucoup joué en solo dans des bars à mes débuts ».

 

 

De fil en aiguille,  la notoriété du groupe se construit et Radio Elvis est programmé aux Francofolies de Montréal où il remporte le Prix Felix Leclerc. « Cela nous a donné la possibilité d’être programmé au Québec, et de trouver un tourneur sur place ».

 

Bénéficiaire de l’aide « accompagnement de carrière » de l’Action Culturelle de la Sacem, Prix Charles Cros pour leur deuxième EP en 2015, le groupe sort finalement un premier album, le 1er avril qui obtient la Victoire de la Musique 2017 dans la catégorie « Album Révélation ».

On notera que les titres donnés aux 3 premiers enregistrements de Radio Elvis sont évocateurs d’un parcours marqué par une ascension fulgurante : « Juste avant la ruée » en 2013,  « Les moissons » en 2015, « Les conquêtes » en 2016.

 

S’il n’est pas unique, l’exemple Radio Elvis est rare, car un développement de carrière n’est pas toujours aussi rapide.
Trouver un entourage, exposer un répertoire, comprendre comment toucher le public, le chemin peut être long. Ces programmes d’aides, quelle qu’en soit leur nature, peuvent  permettre aux jeunes artistes de trouver leur voie.

 

Thierry Lecamp