Notre
Blog

360 Paris Music Factory : un nouvel écrin musical en plein Paris

Music Factory
© 360 Paris Music Factory

En mars 2018, le 360 Paris Music Factory sortira de terre. Situé dans le quartier de la Goutte d'Or dans le 18e arrondissement de Paris, cet immeuble de cinq étages entièrement dédié à la musique proposera une offre globale pour les musiciens et le public. Rencontre avec Saïd Assadi, l'instigateur et patron énergique de ce lieu ambitieux...

 

Rendez-vous est pris avec Saïd Assadi dans les locaux d‘Accords Croisés, label et boite de production de spectacle depuis vingt ans. Saïd Assadi évoque d'abord son arrivée en France « en 1980, en provenance d'Iran, avec le statut de réfugié politique à cause de la révolution ». Ses premières amours seront culinaires... Et musicales, comme il aime à le rappeler.

Saïd Assadi débute dans le monde associatif avant de se lancer professionnellement dans la musique en 1995. Ce seront les débuts de l'aventure Accords Croisés, un label de musiques du monde qui dresse des passerelles entre les artistes étrangers et la France. Même volonté d'ouverture musicale avec la création du festival Au Fil des Voix, en 2008 : « la création du festival Au Fil des Voix m'a beaucoup aidé sur la réflexion du 360 Paris Music Factory », précise Saïd Assadi, qui voulait dès cette période « créer un lieu de synergie, de mutualisation pour la musique, autant pour la musique enregistrée que pour le live ».

Le projet du 360 Paris Music Factory

Dès 2013, Saïd Assadi réfléchit à un nouveau modèle économique pour la musique enregistrée et le live. Il souhaite promouvoir des artistes en développement au sein d'un même lieu. L'idée est d'accueillir jusqu'à huit artistes en résidence simultanément, de les loger, de les faire enregistrer, de les faire jouer, tout en minimisant la logistique contraignante inhérente à toute production. Un projet à 360 degrés, donc. Saïd Assadi souhaite aussi développer un lieu social et solidaire... Il pense alors à créer un incubateur de start-up en tous genres.

L'idée du « tout au même endroit [permet de] gagner du temps, de l'énergie et de l'argent pour les artistes et la logistique dont ils ont besoin », assure Saïd Assadi, qui insiste longuement sur l'aspect confort « dont les musiciens pourront bénéficier dans un cadre avec des conditions optimales pour un travail artistique ». Le confort... Maître mot du patron du 360 Paris Music Factory, qui a aussi pensé à installer un potager sur le toit du bâtiment. « Ce sont des détails importants pour la création artistique », poursuit-il.

Un nouveau lieu culturel ambitieux

Music Factory - plan intérieur © 360 Paris Music Factory

Avec mille mètres carrés répartis sur six niveaux, le 360 Paris Music Factory comprendra un studio de répétition au rez-de-chaussée, un restaurant de création culinaire transculturelle qui donnera la priorité aux circuits courts de production alimentaire, ouvert au public ainsi qu'aux artistes et professionnels sur place, une salle de spectacle modulable - aux sièges rétractables - qui oscillera entre 180 places assises et 300 debout, un incubateur d'entreprises culturelles avec un espace de co-working et des ateliers de coaching, des studios de résidence pour les artistes, des bureaux pour les 17 emplois permanents en CDI et les emplois partagés, et pour finir, un potager sur le toit, pour l’aspect campagne en plein Paris.

Pour promouvoir des artistes en développement à travers le monde, tout en faisant profiter des concerts avec des têtes d'affiche, « une retransmission des live en direct ou en différé en streaming sur le Net est prévue. On a déjà fait ça avec Arte Concerts, et le résultat est énorme : par exemple, avec 700 spectateurs à l'Alhambra à Paris, vous avez des dizaines de milliers de spectateurs connectés devant leur ordinateur ou leur téléphone dans le pays d'origine de l'artiste, en temps réel ». La volonté de profiter, mais aussi de diffuser à 360 degrés ne se limite donc pas à l'enceinte du bâtiment, mais bel et bien au-delà.

Un financement à 90% privé et 10% public

La première pierre du complexe, posée le 5 décembre 2016, à l'angle de la rue Myrha et de la rue Léon, a évidemment un coût... Quelles sont les origines de son financement ? « Tout ceci nous coûte 4,5 millions d'euros répartis sur plusieurs sources », indique le fondateur. Le 360 Paris Music Factory est financé à 90% par des fonds privés et à 10% par des fonds public, provenant de la Mairie de Paris et la région Île-de-France. Et Saïd Assadi d'expliquer que « sept associés [tous] impliqués dans des activités culturelles depuis de nombreuses années ont mis la main à la poche et ont permis de récolter un million d'euros ».

Ajoutons à ceci les « 3 millions de crédits des banques, dont 2,4 millions mis sur la table par une banque belge qui travaille sur l'économie réelle et qui a pour habitude de financer des projets culturels » et l'on obtient le détail du montage financier de ce pari culturel ambitieux.

 

Si tout se déroule comme prévu, le 360 Paris Music Factory pourrait devenir, dès le printemps 2018, une véritable institution parisienne des musiques actuelles, et une aubaine pour les acteurs des musiques du monde...

 

Arnaud de Vaubicourt