Notre
Blog

Les biens culturels au cœur de la voiture du futur

Depuis plusieurs années, la voiture est le lieu privilégié des Français pour écouter la radio. Selon l’Ifpi, c’est en voiture, en écoutant la radio, que 72% des Français écoutent le plus souvent de la musique. À l’heure où les constructeurs automobiles inventent des véhicules autonomes et hyper connectés, comment imaginent-ils ces univers sonores ?

Voiture du futur
Renault EZ-Ultimo (Mondial 2018) - © Renault

 

Et si les contenus culturels étaient au cœur de nos trajets quotidiens de demain ? Carlos Ghosn, PDG du groupe Renault-Nissan-Mitsubishi, a annoncé, début octobre, à l’ouverture du Mondial de l’Auto, le lancement d’un concept inédit de production de contenus éditoriaux embarqués : AEX, pour "Augmented editorial experience". Nous avons interrogé Sophie Dumas, directeur des projets Transverses à la Direction Déléguée à la Présidence du Groupe Renault pour en savoir plus.

 

Vous êtes entré, fin 2017, dans le capital du Groupe Challenges à hauteur de 40%. C’était inattendu. Vous faites le pari des « contenus » pour séduire les conducteurs et les passagers ?

Avec l’avènement des voitures autonomes et connectées, les usagers chercheront à vivre des expériences toujours plus enrichissantes, tant sur le plan personnel que professionnel, pour réinventer leur temps de trajet. En 2016, un francilien a perdu 90 heures dans les embouteillages, c’est 12 heures de plus qu’en 2015. Et cette tendance ne va pas aller en s’améliorant dans toutes les grandes villes du monde. Nous sommes profondément convaincus qu’être en capacité de proposer aux conducteurs et aux passagers, des contenus de qualité, dits premium, et des expériences uniques, deviendra un facteur clef de différenciation. Le groupe Challenges possède une revue économique mais aussi des revues d’histoire, de sciences et de recherche. Nous développons aujourd’hui, avec le soutien des rédactions de Challenges, des podcasts de qualité qui seront intégrés à nos véhicules.  Nous pensons que du croisement du monde de l’automobile et de celui des médias peuvent découler de formidables opportunités et l’occasion d’inventer de nouvelles formes de diffusion de l’information et du savoir.

 

Quelle sera l’expérience d’un conducteur et des passagers à bord d’un véhicule, avec AEX ?

Les contenus proposés pourront être géolocalisés et personnalisés. Par exemple, lorsque le conducteur entrera son itinéraire dans son GPS, le véhicule saura – grâce à AEX – par où passe le conducteur. Ainsi, il pourra par exemple lui proposer un podcast sur l’histoire des Châteaux de la Loire si ces derniers sont situés sur le trajet ! Si le conducteur a inscrit un rendez-vous dans son agenda avec un spécialiste de l’intelligence artificielle, la voiture lui proposera un podcast sur le sujet. Plus globalement, AEX connaîtra petit à petit les goûts du conducteur et des passagers, et saura leur proposer les contenus correspondant à leurs préférences. Dans le véhicule, AEX proposera aux passagers d’écouter un contenu identique ou bien différencié pour chacun. Grâce à son interface vocale, visuelle et vidéo, AEX interagira également comme un agent conversationnel intelligent et auto apprenant. On peut imaginer par exemple que le conducteur partage le podcast qu’il vient d’entendre sur les réseaux sociaux, simplement en le demandant à AEX ! Enfin, une fois la destination atteinte, le contenu de l’AEX ne sera pas interrompu : on pourra le sauvegarder ou choisir de continuer l’écoute sur un autre appareil connecté : sa montre, sa télévision, sa tablette…

 

Les créations artistiques auront leur place dans la voiture de demain ?

Nos études de marché montrent que les avantages de la voiture autonome vus par nos clients sont la sécurité, le confort, le gain de temps et le divertissement. Les créations artistiques et les biens culturels auront donc une place importante dans la voiture de demain. La création de podcasts avec Challenges ne constitue que la première étape. Nous allons élargir notre offre afin qu’elle corresponde à tous : les enfants, les femmes, les sportifs… Et à notre public international. Nous pensons notamment à la création de livre audio, de Mooc, mais aussi de fictions par exemple. Nous accueillons avec enthousiasme tout projet de contenu de qualité !

 

Outre les podcasts, quels seront les formats proposés ?

L’ergonomie d’AEX doit coller à la mobilité du futur qui sera individuelle ou partagée. Le podcast est un format idéal et avec l’avènement de la voiture autonome, nous souhaitons également proposer des contenus vidéo.

 

Quand pensez-vous pouvoir proposer cette offre concrètement, au sein des véhicules ?

Notre premier objectif était de présenter un prototype au mondial de Paris 2018 et de le tester. AEX a été un succès. Nous étudions maintenant les prochaines étapes de la commercialisation de ces services.

 

 

Quel est votre positionnement par rapport aux Gafas ?

Nous ne sommes pas en concurrence avec les Gafas ! Ils ont leur métier et nous avons le nôtre. Nous nous sommes d’ailleurs associés à Google. En se basant sur la plateforme commune Android, chaque constructeur de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi aura la possibilité de créer sa propre interface client avec des caractéristiques spécifiques. Google nous offre une plateforme technique à l’usage qu’attendent nos clients et nous nous concentrons sur l’apport de valeur ajoutée pour nos clients. La technologie est un levier et notre plateforme se mettra au service des contenus. AEX combinera plusieurs services de « cloud », de l’intelligence artificielle (AI), des assistants personnels virtuels, des fonctionnalités de recherche, un son amélioré, et des contenus premium.

 

Votre groupe est un groupe international. Challenges est un groupe de médias français. Quelles sont les prochaines étapes de développement du projet AEX ?

Comme vous le dites très justement, le Groupe Renault est un groupe international qui réalise près de la moitié de ses ventes en dehors de l’Europe et nous savons donc que nous devrons élargir notre offre.
L’association avec Challenges est une première brique qui concrétise une vision stratégique commune entre Carlos Ghosn et Claude Perdriel. Pour Renault, il s’agit d’une première qui permettra de mettre du contenu de qualité dans les voitures et pour Challenges, c’est une formidable opportunité de contrebalancer la fragilisation du réseau de distribution. C’est une association gagnant/gagnant.
Ce groupe de presse est particulièrement intéressant pour Renault mais il y aura d’autres associations dans un futur proche. Nous ne fermons aucune porte. AEX sera un produit international.

 

Propos recueillis par Eloïse Dufour